Lorsqu’on cherche à comprendre le secteur des maisons de retraite médicalisées (ou EHPAD, Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) en France, il convient de distinguer les établissements de Province de ceux en Île-de-France (et plus particulièrement ceux de l’agglomération parisienne). En effet, la région Île-de-France apparaît comme une spécificité dans le domaine, étant donné que beaucoup de points l’opposent aux autres régions de France :

  • le montant des loyers,
  • la longueur des listes d’attente,
  • et donc, la difficulté pour les familles de trouver une place.

Vous trouverez certains chiffres clés qui cristallisent cette différence, et les politiques récemment mises en oeuvre par la région.

Quelques chiffres sur les maisons de retraite franciliennes

Les places en maisons de retraite médicalisées à Paris sont nombreuses : on comptait en Ile de France environ 56 000 en 2015 (source Xerfi). Cela représente plus de 9,9% du parc national de lits, faisant de la région Île-de-France la plus fournie à ce niveau là. Cependant avec une demande potentielle d’environ 800 000 personnes (c’est-à-dire le nombre de personnes âgées de 75 ans ou plus) – ce qui représente pour le coup 7,4% de ce même segment de population à l’échelle de la France entière – la région francilienne connait l’un des taux d’équipement en EHPAD les plus bas de France (69,8 lits pour 1000 personnes âgées de plus 75 ans et plus, seulement devancée dans le domaine par la région Corse, avec un taux « record » de 45 lits pour 1000 personnes).

Le taux d’équipement moyen en France métropolitaine est de 75 lits (pour 1000 personnes de 75 ans et plus). Mais ce chiffre ne reflète pas les disparités existantes. En étudiant de plus près ce taux d’équipement par région, on aperçoit d’importantes variations selon les zones, et notamment une véritable fracture entre les communes rurales qui connaissent les taux les plus élevés et les agglomérations urbaines (comme l’agglomération parisienne) avec des taux relativement plus bas. Si on descend encore plus bas à l’échelle des départements, on peut trouver des disparités encore plus impressionnantes : ainsi en Île-de-France, le Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis ont des taux d’équipements inférieurs à 60 pour mille !





Un dernier point important à soulever est celui du prix. Les loyers en maisons de retraite médicalisées peuvent varier (hors aides sociales) entre 1000 et 7000 € par mois. Sans surprise, la région Île-de-France connait les tarifs les plus élevés, avec un loyer mensuel de 3000 € !

Les mesures financières controversées prises par la région

La loi relative à l’adaptation de la société aux vieillissement (ASV) adoptée le 1er Janvier 2016 compte parmi ses objectifs un renforcement de la transparence et de l’information sur les prix pratiqués en EHPAD. Cette volonté de changement passe notamment par le développement d’un portail internet, ainsi que par une revalorisation par décrêt des aides apportées par les départements. Toutefois, certains élus estiment que cette revalorisation se fait uniquement au profit des établissements privés à but lucratif, et y voient peu d’intérêt pour les établissements publics et associatifs.