Le rôle de l’aidant familial et ses droits encore peu connus

Il nous arrive presque tous à un moment de notre vie d’avoir une personne qui soit dépendante et qui a donc besoin de notre aide dans notre quotidien. Cela peut être un enfant handicapé, un parent âgé ou un conjoint malade. Dans ce cas-là, comme il s’agit d’un soutien qui n’est pas considéré comme professionnel, on possède le statut d’aidant familial. Nous allons voir ici ce que ça signifie et les droits auxquels vous pourrez prétendre.

Définition de l’aidant familial et droits liés au statut

Comme nous l’avons expliqué en introduction, un aidant familial est un individu qui va apporter son aide à un parent, conjoint ou enfant dépendant. Il est donc très possible que vous possédiez vous-même ce statut sans le savoir. En fonction de l’état de dépendance de la personne sur laquelle vous veillez, la charge de travail peut être très grande, c’est pourquoi beaucoup de personnes font appel à un auxiliaire de vie à domicile pour les tâches ménagères ou les repas par exemple.

Toutefois, il se peut que vous n’ayez pas à en arriver là. En effet, c’est encore assez méconnu, mais les aidants familiaux disposent d’un statut particulier depuis 2016 qui leur confèrent des droits et des aides. Par exemple, si jamais l’aide que vous apportez à votre proche nécessite que vous mettiez votre activité professionnelle de côté durant un temps, vous pouvez avoir droit au congé de proche aidant qui vous octroie une allocation journalière de 58,59 €.

 Dans un autre registre, si vous estimez que vous n’êtes pas assez qualifié pour vous occuper d’une personne dépendante qui a la santé fragile, vous avez le droit en tant qu’aidant familial de passer des formations dispensées par des professionnels de la santé. Vous y apprendrez entre autres les gestes de premiers secours et comment gérer l’accompagnement psychologique qui peut être une tâche lourde. Vos proches seront contents d’avoir quelqu’un sur qui compter !

Dernière mise à jour le 26 avril 2022